Culture

Arôme du vent qui nous décoiffeSouffle Souffle chorégrapheOndule le corps la tête ailleursOn rêve d’un cueilleur chamailleur Ça swingue swingue sur la terreOn n’a pas le stupéfiant solitaireOndule le corps la tête ailleursOn rêve d’un cueilleur chamailleur Comme une ivresse du printempsla goutte de rosée a dissolu l’artet la culture sans le savoirest devenue opiumLire la suite « Culture »

Les cavernes d’acier

C’est la récréation, l’heure des pâtes de fruits en forme de souris vertes, l’heure des fourmis croustillantes enrobées de sucre candi, l’heure des escargots parfumés de réglisse tout chaud, rien n’a changé ou presque.Les plus turbulents ont rangé leurs battes, d’un geste mécanique ils épluchent de simili oranges et s’amusent à parler comme parlent lesLire la suite « Les cavernes d’acier »

Titine

Tes tontons très tarés t’autorisent toutes tes turpitudes :tes tasses ternies,ton thé trop touillé, trop tiédi,ta terrine terreuse, tes tyrans toutous tapageurs.Tôt ou tard tout tes travers, ta télé trône tentatrice, ton terrible tabac te tueront. Ton tarot tiré, tu tirerais ton trait sur tout ? Taratata, ta terrible trombine ténébreuse te trahit, tchao TitineLire la suite « Titine »

À la grange au bois

Je veux aller à la grangeà la grange au bois,saluer mes ancêtres qui reposent là-bas. Une lueur irisée palpitesous les feuillages,les racines cherchent l’eaugerme ce qui advient. La paix n’est pas une pause entre deux guerres. Je veux aller à la grangeà la grange au boissaluer mes ancêtres qui reposent là-bas. Le temps reste enLire la suite « À la grange au bois »

L’élégance de l’hêtre

Être fragileau temps docileHêtre gracieuxvent mélodieux. Saison de glacede neige, de brume,trouve ma placeet puis m’enrhume. Hêtre fragilesous mes yeuxtu te dessinesêtre gracieux. Et je glissepour une danseton éléganceest ma complice. T’es tout nu dans ce champ te voilà bien dépourvuplus une feuille par ce tempsmais c’est moi qui éternue.

Evasion du cancre

– Qu’est-ce que c’est que cette écriture patte de mouche ?T’es trop lent, reviens sur terre ! Délaissant le stylo, sa main s’envole et vrombit en liberté parmi des lucioles de poussières qu’un rayon de soleil lui a dévoilées. – Les cheveux en bataille, tu rêvasses au pays des fourmis.On t’a vu te rouler dans lesLire la suite « Evasion du cancre »

Le pourquoi du pourquoi

— Ce soir je dors à Coucy-les-Eppes.— Pourquoi ?— Parce que mon job veut que je me déplace— Pourquoi ?— Parce que je suis commercial et plus je me déplace plus je vois de clients, plus je peux faire d’affaires.(comme une bille dans un flipper, plus elle se déplace, plus elle marque de points).— PourquoiLire la suite « Le pourquoi du pourquoi »

La malmaison

Princesses et demoiselles, passaient sur ce chemin,aux rendez-vous fleuris de ces temps lointains.La brume de l’histoire, a tout recouvert,laissant bocages et feuillages bien verts. Ci-gît l’armée fatale, de la première guerre,fiers bataillons allemands en terre étrangère.Sous les canons, soldats du rang,la terre jusqu’à plus soif s’est repue de leur sang. Ce fut belles mitrailles,Batailles deLire la suite « La malmaison »

Constellation

Dans la salle bruissante de mouvements, papotages, interpellations, salutations et retrouvailles, les adultes se sont déplacés puis installés, chacun a trouvé sa place.Les chaises les unes contre les autres font le tour de la salle, nous sommes nombreux. Je suis venu ici en curieux. C’est Lotika, ma compagne, qui m’a demandé de l’accompagner. Je suisLire la suite « Constellation »